J’ai découvert par hasard la permaculture. Une copine avait mis un lien sur Facebook. Il s’agissait d’une histoire où un poulailler était mis dans un jardin. Les poules produisaient de la chaleur. Cela provoquait un micro climat vers le poulailler en coupant le vent. C’était bien pratique pour le potager. Les poules produisaient des fientes utiles pour le potager grâce au composte. Elles préparaient aussi le terrain en grattant le sol tout en mangeant tous les déchets de la maison. J’ai bien aimée toute cette synergie et la pseudo promesse : la permaculture est pour les jardiniers paresseux qui font travailler la nature à leur place.

Je ne suis pas jardinière, par contre, cette phrase a fait écho à mon travail de développeuse logicielle. On y dit parfois qu’un bon développeur est un développeur paresseux. C’est évidemment un blague et c’est complètement faux. Cette maxime veut dire qu’un bon développeur est censé ne pas supporter de faire constamment la même chose. Ainsi quand une tâche est répétitive, il est censé l’automatiser pour gagner du temp ou écrire son code de manière à ce qu’il soit facilement mis à jour. Par exemple, un mauvais développeur ferra beaucoup de copier-coller de son code. Lorsqu’il devra le mettre à jour ou corriger son code, il devra modifier énormément de lignes de code et en oubliera certainement, laissant alors des bugs. Un bon développeur aura utilisé la factorisation et le refactoring pour qu’une fonctionnalité corresponde à un seul point de maintenance.

Revenons au jardin, lorsque toute la famille a déménagé dans sa première vrai maison avec une terrasse et du terrain, j’avais surtout envie de pouvoir manger dehors dès qu’il faisait beau. J’avais même dit à l’architecte que je voulais pouvoir facilement petit déjeuner dehors. Au lieu de poser mon bol sur la table de la cuisine, je voulais pouvoir faire 3 pas supplémentaires pour poser mon bol sur la table de la terrasse. Dans les faits, la terrasse n’est toujours pas faite. Elle est pleine de tout-venant et je ne pense jamais à y déjeuner. Il faudrait que j’aille chercher mes chaussures. Je ne le fais jamais. Peut-être que je le ferai plus facilement quand la terrasse sera finie.

Si j’étais plus intéressée par la terrasse, Al a commencé à regarder ce qu’on pouvait faire pour le jardin. Un des ses collègues faisait pousser plein de choses et lui disait qu’avec le potager au carré: c’était facile. En ce qui me concernait, le jardinage me paraissait être plutôt une corvée.

Avant même qu’on ait déménagé, il avait créé 2 potagers carrés et dépensé un fortune chez la jardinerie du coin. S’il s’est beaucoup investi dans la création du jardin, avec son travail qui le conduit à de nombreux déplacements en semaine et le wee1k-end, il n’a pas pu assurer un entretien correct et régulier. Il a fallu que je m’y colle sans grande efficacité. J’oubliais régulièrement d’aller arroser et le soleil brûlant de Franche-Comté en juillet et août a eut vite fait de dessécher certains jeunes plants. Malgré cela, on avait une petite récolte mais au moment fort de la récolte, nous étions en vacances, c’est donc ma soeur qui a profité de nos légumes. Nous avons continué comme ça deux-trois ans mais le bois des carrés a commencé à se dégrader et nous avons abandonné petit à petit le jardinage.

2La seule chose qui marchait bien était la plate bande qui est à coté du garage. Nous y avions planté des fraisiers, des framboisiers, des mures et de la rhubarbe. Nous ne nous en occupons pas, et pourtant, ça pousse même s’il y a plein de mauvaises herbes. Chaque année nous avons une belle récolte. En revenant du boulot, nous chopons encore régulièrement un petit fruit à grignoter et quand il y a a beaucoup, je fais des tartes ou des confitures. Je trouve ça génial.

C’est à ce moment là que j’ai découvert la permaculture. Je me suis alors aperçue que si la plate bande du parking marchait bien, c’était parce qu’elle était composée de vivaces qui n’ont besoin que de peu d’entretien. Si les carrés, ne marchaient pas, c’est parce qu’ils ne sont pas sur un lieu de passage. Si je voulais m’en occuper, je devais y aller spécifiquement. De plus, n’étant composé quasiment que d’annuels, il demande beaucoup d’entretien et donc de temps. Et ce temps, nous ne l’avons pas.

J’ai commencé par tâtonner un peu. Pour commencer, j’ai voulu expérimenter une spirale aromatique. Nous avons régulièrement besoin d’herbes aromatiques et je trouve que les petits bouquets achetés en magasin ne sont jamais adaptés. On n’en a jamais quand on en a besoin et quand on en a, c’est trop, ils fanent et ils finissent au compost. Pour faire pousser des herbes aromatiques, je trouve que la spirale a 4 avantages. Tout d’abord, c’est joli. On dirait une sculpture dans le jardin. Ensuite, elle peutêtre appelée aussi spirale à insecte. C’est parce qu’elle est composée de plein de cavités qui deviennent petit à petit un habitat pour tout un tas d’insectes. Ces insectes vont devenir de vrai petits ouvriers qui vont polliniser les plantes du jardin et manger les ravageurs. De plus, la forme de spirale en butte permet de créer plein de micro-climats différents et ainsi de réunir à un même endroit des plantes qui n’ont pas les même bes20150511_203322oins. Et pour terminer, elle peut être faite grâce à des matériaux de récupération. En l’occurence, je n’ai utilisé que les cailloux qui parsèment notre terrain. Cela ne nous a donc pas coûté grand chose. Pour que son accès soit facile, je l’ai placée au plus près de la cuisine vers la terrasse ouest.

Pour continuer, il fallait que je réfléchisse plus précisément à un design de jardin qui nous convienne le mieux. Je me suis alors inscrite à une formation en ligne de design de permaculture chez Permaculture Design. Comme c’est une formation en ligne, je peux la faire quand je veux. De plus, il n’y a pas de limite de temps. La formation est disponible à vie. C’est très pratique pour moi qui ait commencé cette formation il y a plus d’un an et demi. Je vais à mon rythme en fonction de mon temps et de mes envies. J’ai envie d’utiliser ce blog pour y mettre mes commentaires sur l’application de cette formation à notre terrain.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s